Ensemble, cultivons l’avenir

Avaler des pesticides en mangeant, ce n’est pas nouveau. Ce qui l’est en revanche, c’est le classement des fruits et légumes les plus contaminés de l’association Générations Futures.

Les résultats de l’étude, fondée sur les chiffres officiels de la DGCCRF (direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes), sont plus qu’alarmants puisque 73% des fruits et 41% des légumes (non bio) sont contaminés par des pesticides – dont 38% entre 2 et 19 pesticides.

La semaine des alternatives aux pesticides se déroulera du 20 au 30 mars 2018 dans toute la France.

ensemble cultivons avenir stop pesticides

Concrètement avec quelques exemples …

Pomme – 79,7% des échantillons contenaient des résidus de pesticides mesurés et 1,7% dépassent les limites maximales autorisées

Clémentine – 88,4% des échantillons contenaient des résidus de pesticides mesurés et 3,7% dépassent les limites maximales autorisées

Les herbes fraîches – 74,5% des échantillons contenaient des résidus de pesticides mesurés et 29,4% dépassent les limites maximales autorisées

Les pommes de terre – 57,9% des échantillons contenaient des résidus de pesticides mesurés et 2% dépassent les limites maximales autorisées

Découvrez l’ensemble de l’étude sur le site de l’association Générations Futures.

ensemble cultivons avenir stop pesticides

38% de multirésidus, pourquoi est-ce franchement préoccupant ?

La présence de différents résidus de pesticides dans un même aliment est particulièrement préoccupante du fait que l’on sait, même si c’est encore mal mesuré, que les différents pesticides peuvent interagir entre eux pour créer des synergies encore plus nocives qu’un pesticide isolé.

Quand on sait qu’il a été trouvé jusqu’à 19 pesticides différents sur un même aliment… on ne veut plus que consommer du bio, non ?

 

Une consommation bio en progression … mais encore insuffisante

Bonne nouvelle,  la consommation de produits issus de l’agriculture biologique continue d’augmenter (+13,6% en 2017) mais l’offre est encore insuffisante notamment hors foyer (cantine, restaurant, maison de retraite, etc.). Et puis, si en consommant bio on préserve partiellement sa santé, les pesticides contaminent également l’eau (92% des fleuves français) et l’air et nuit à l’ensemble de l’écosystème ; ce qui aura de toute façon un impact sur notre santé (il suffit de penser aux abeilles).

Mais comment accélérer le mouvement nécessaire de la transition agricole et plus généralement de la transition environnementale et sanitaire ? Faites le plein d’idées, lors de la semaine des alternatives aux pesticides (du 20 au 30 mars dans toute la France).

ensemble cultivons avenir stop pesticides

La semaine des alternatives aux pesticides, 13ème édition

Des événements sont organisés dans toute la France avec des conférences, des soirées débats, des ateliers (cuisine, produits d’entretien et cosmétiques, etc.). C’est le lieu idéal pour s’informer sur les alternatives aux pesticides, échanger et rencontrer les acteurs et les associations investies dans ces problématiques.

Ensemble, cultivons l’avenir !