Les huiles végétales nous veulent du bien

Huiles d’olive, d’avocat, de noisette, de noix, de sésame ou de coco sont de plus en plus réputées pour leur vertus santé dans l’assiette. Mais depuis quelques années, elles ont fait également leur apparition dans les produits cosmétiques, en quête d’authenticité … du moins de façade. Car à quelques exceptions prêtes les huiles affichées en gros sur le packaging se trouvent en dernier sur la liste des ingrédients. Et ce, pour la bonne raison qu’elles en sont le composant minoritaire, après de nombreuses substances aux noms plus barbares les uns que les autres. Et si, on utilisait nous même ces huiles pour réaliser des recettes simples ou pures pour nourrir sa peau ou se démaquiller ?

Scandale après scandale sur les composants chimiques des cosmétiques – y compris de certaines marques positionnées comme naturelles, nous sommes de plus en plus nombreux à rechercher des produits authentiques véritablement naturels. Et dans cette recherche, le layering, rituel coréen traditionnel en 6 étapes (6 produits multipliés par des perturbateurs endocriniens et autres produits nocifs) a su séduire la presse féminine et l’ensemble de la blogosphère. Néanmoins, qui a le temps, l’énergie ou même le budget de passer par ces 6 étapes chaque matin et chaque soir ?

Ceci étant dit, la première étape le démaquillage à l’huile végétale devrait particulièrement nous intéresser…

Pourquoi ?

  • Tout d’abord, le démaquillage à l’huile est particulièrement efficace pour retirer toute trace de maquillage et d’impureté sans agresser la peau et notamment celle fragile de nos yeux. Exit les yeux de pandas du matin ou les paupières rouges

  • Par ailleurs, il nous évite l’achat d’un démaquillant qui même labellisé bio ne l’est pas à 100%. Pour un cosmétique bio, la législation demande à ce que le produit utilise 95% d’ingrédients naturels. Et qui dit naturel, ne dit pas nécessairement bio ! Les huiles biologiques quant à elles seront 100% naturelles et bio !

Le layering version light et naturelle

  • En premier lieu, on se démaquille à l’huile végétale

  • Ensuite on se savonne au savon de préférence un savon solide pour une version zéro déchet, puis on rince à l’eau et on essuie sa peau avec un coton lavable

  • Enfin, soit on se vaporise un peu d’hydrolat et on se passe à la main un peu d’huile, soit on vaporise un mélange hydrolat-huile pour les plus pressé.e.s

huiles végétales

Contrairement aux idées reçues, sur le visage, l’huile n’est pas simplement réservée aux peaux sèches. Promis, on ne ressemble pas à une plaque de beurre. Voici les huiles classées selon le type de peau :

Peaux sèches & peaux fragiles

  • L’huile de cameline

  • L’huile d’argan

  • L’huile d’amande douce

  • L’huile d’avoine

  • L’huile de chanvre

  • L’huile de germes de blé

  • L’huile de germes de macadamia

Peaux mixtes

  • L’huile de noisette

  • L’huile de jojoba

  • L’huile de pépins de raisin

Peaux grasses et peaux à imperfections

  • L’huile de noisette

  • L’huile de nigelle

  • L’huile de neem

  • L’huile de jojoba

Peaux avec cicatrice ou vergetures

  • L’huile d’amande douce

  • L’huile de rose musquée

Peaux matures

  • L’huile de noyaux d’abricot

  • L’huile de cameline

  • L’huile de chanvre

  • L’huile d’argan (exclusivement pour les peaux sèches)

  • L’huile de bourrache

  • L’huile de germes de blé

  • L’huile d’onagre

  • L’huile de sésame

  • L’huile d’avocat

huiles végétales

Les vertus principales des différentes huiles pour le visage comme pour le corps !

L’huile d’abricot : l’huile végétale d’abricot provient de l’extraction des noyaux du fruit. Grâce à son action anti-âge et son effet « bonne mine », elle convient particulièrement aux peaux ternes et matures. Bien que l’on trouve des cultures françaises et européennes d’abricot, la Turquie est le 1er producteur mondial d’abricots. Préférer une huile fabriquée en France ou au moins en Europe.

L’huile d’amande douce : l’huile végétale d’amande douce est reconnue pour  ses vertus apaisantes et adoucissantes pour les peaux fragiles et sèches. Elle est traditionnellement utilisée par les femmes enceintes et allaitantes pour son action anti-irritations et anti-vergetures, mais également pour les bébés. Elle est particulièrement efficace pour traiter irritations et gerçures. On en trouve assez aisément en provenance de l’Union européenne. Envie d’un bain apaisant, voici la recette de bombes de bain maison au calendula

L’huile d’argan : originaire du Maroc, l’huile végétale d’argan est internationalement reconnue pour ses actifs nourrissants et anti-oxydants. Ainsi, elle est la meilleure amie des peaux sèches et est réputée pour son action anti-âge et anti-vieillissement de la peau. Elle est assez onéreuse. Découvrez la recette de baume à lèvres maison de bee’lity

L’huile d’avocat : l’huile végétale d’avocat est une autre alliée des peaux matures et sèches. Elle convient également très bien aux soins capillaires. Néanmoins, l’avocat ne pousse pas proche de nos latitudes et nécessite une culture intensive responsable de déforestation et peut financer le crime organisé …. C’est pourquoi, mieux vaut la remplacer par des huiles aux mêmes vertus plus proches. Par exemple, l’huile de cameline.

L’huile d’avoine : elle est particulièrement riche en céramides et en phytostérols et convient idéalement aux peaux matures, sensibles et sèches. Malheureusement, elle est encore trop difficile à trouver en magasin et elle est sensible à l’oxydation.

L’huile de bourrache : elle est reconnue pour ses vertus protectrice et anti-âge et est particulièrement utilisée dans les soins pour cheveux secs ou ongles cassants. Néanmoins, cette huile n’est pas locale et assez sensible à l’oxydation.

L’huile de cameline : cette huile made in France est particulièrement riche en oméga-3. Ainsi, elle est parfaite pour les soins anti-âge ou apaisants. Elle convient particulièrement bien aux peaux sensibles et atopiques. Mais attention, elle est très sensible à l’oxydation.

L’huile de chanvre : encore un produit que l’on peut trouver en made in France, l’huile de chanvre est riche en oméga-6 et en oméga-3. Elle est reconnue pour ses vertus hydratantes et pénétrantes (pas de toucher gras). Elle convient particulièrement aux peaux matures et sèches. Cependant, attention, elle est très sensible à l’oxydation.

L’huile de coco : protectrice et antibactérienne, elle s’emploie pour la fabrication de déodorant et de soins capillaires (cheveux secs). Comme elle obstrue les pores de la peau, on ne l’utilise pas sur le visage. Bien sûr, elle n’est pas locale. Découvrir notre recette de déodorant maison.

L’huile de germes de blé : l’huile de germe de blé est idéale pour lutter contre le vieillissement de la peau et pour les peaux sèches. Attention, elle est sensible à l’oxydation et très comédogène.

L’huile de jojoba : cette huile, particulièrement proche du sébum, lutte contre le dessèchement de la peau et pénètre facilement. Elle ne laisse aucun film gras et s’intègre facilement à un soin du visage. Malheureusement, originaire d’Amérique latine, elle prend l’avion pour venir jusqu’à nous.

L’huile de moutarde : elle est particulièrement intéressante dans les soins capillaires car elle favorise la pousse des cheveux et fortifie les longueurs. Il n’est pas aisé de la trouver en contenant de verre et elle n’est pas locale.

L’huile de neem : cette huile d’origine indienne est idéale pour les peaux à imperfections grâce à ses vertus purifiantes. Elle est difficile à trouver en magasin et n’est pas locale.

L’huile de nigelle : recommandée pour les peaux à problèmes, elle s’utilise également en huile de massage pour ses propriétés fortifiantes. Cette huile n’est pas locale et assez onéreuse.

L’huile de noisette : Cette huile sèche est parfaite pour les peaux grasses à imperfections et les peaux mixtes. Elle équilibre la peau (action sébo-régulatrice) sans laisser de film gras et resserre les pores. C’est un produit que l’on peut trouver facilement dans les rayons alimentaires et fabriqués en France ou en Europe !

L’huile d’olive : nul besoin de rappeler les bienfaits de l’huile d’olive en cuisine. Celle-ci est également recommandée dans certains soins de la peau. En effet, l’huile d’olive protège et nourrit la peau et les cheveux. Attention, elle ne convient pas aux cheveux fins ni aux peaux grasses. Comme elle pénètre assez mal la peau, on évite de l’utiliser pour le visage. Elle est locale (cf. comment choisir son huile d’olive) et on la trouve facilement en verre ou en vrac.

C’est l’un des ingrédients de base de la recette du liniment oléo-calcaire qui protège si bien les fesses des bébés mais également de notre recette de gommage anti-cellulite

L’huile d’onagre : l’huile d’onagre est une excellente huile anti-âge. Elle est également adoucissante, mais il faudra bien veiller à sa conservation car elle est très sensible à l’oxydation. Cette huile n’est pas locale.

L’huile de pépins de raisin : elle convient aux peaux mixtes et est  idéale pour réparer les cheveux fins et cassants sans alourdir le cheveu. Elle est sensible à l’oxydation. Choisir de l’huile de pépin de raisin locale si possible.

L’huile de ricin : elle fortifie cheveux, cils et ongles. Sa viscosité peut la rendre difficile d’utilisation mais il suffira de la mélanger à une autre huile complémentaire. Malheureusement cette huile n’est pas locale.

L’huile de rose musquée : originaire du Chili, cette huile parfumée riche en acide gras, omégas 3 et 6, est particulièrement nourrissantes et anti-oxydantes ce qui la rend particulièrement efficace pour lutter contre le vieillissement de la peau mais également contre les cicatrices et les vergetures. Cette huile n’est pas locale et est comédogène.

L’huile de sésame : elle est riche en acides gras essentiels et permet de nourrir la peau sans laisser un toucher gras. De plus, c’est un excellent composé de soin anti-âge grâce à ses composés anti-oxydants. Attention à ne pas prendre une huile aux graines de sésames grillés qui ne conviendrait pas à un usage cosmétique. Cette huile n’est malheureusement pas locale.

L’indice de comédogénicité

Certaines huiles végétales ont des vertus intéressantes mais sont comédogènes. Elles favorisent l’apparition de comédons et de points noirs. Elles sont à éviter pour les peaux grasses et à imperfection. Il est de 0 à 5, 0 non comédogène comme l’huile de cameline et 5 très comédogène, comme l’huile de germes de blé.

L’oxydation des huiles

On parle d’oxydation d’une huile lorsque les acides gras qu’elle contient se dégradent. L’oxydation des acides gras peut se révéler néfaste voire toxique pour l’organisme. L’oxydation d’une huile végétale se détecte facilement par le changement d’aspect de l’huile  (changement de couleur et / ou changement d’odeur-rance). Certaines huiles sont plus fragiles que d’autres et il existe des facteurs d’accélération tels que le contact à l’oxygène, l’exposition à la lumière, le contact avec le fer et la chaleur. C’est pourquoi l’on recommande souvent de conserver les huiles à température ambiante, dans un contenant fermé (en verre de préférence), à l’abri de la lumière. Pour les huiles sensibles, il faut ajouter de la vitamine E (magasin bio) aux préparations.

Comment choisir ses huiles

Une huile doit être :

  • 100% pure

  • Biologique

  • De première pression à froid

  • Labélisée bio : Cosmébio, Ecocert ou Nature & Progrès

  • En bouteille de verre ou en vrac

Astuce bee’lity : si possible, acheter les huiles végétales au rayon alimentaire. Tout simplement parce qu’elles seront généralement nettement moins chères que celles proposées au rayon cosmétique…

Comment réaliser un macérât huileux ?

Un macérât huileux est tout simplement une huile végétale dans laquelle on a fait macérer une plante pour bénéficier de ses actifs… Parmi les macérât les plus connus, le macérât au calendula que l’on retrouve dans la recette de liniment oléo-calcaire, le macérât huileux de bellis aux vertus raffermissantes, le macérât huileux de carotte à l’effet bonne mine.

huiles végétales


Ces macérâts sont souvent chers en magasin et n’utilisent pas toujours des huiles adaptées à notre type de peau (généralement huile de tournesol – peu chère). Voilà pourquoi, il est bien évidemment très rentable de les réaliser soi-même !

La procédure est simple

  • En premier lieu, on stérilise un pot et on y dépose les plantes sèches choisies

  • Puis, on recouvre avec l’huile adaptée à sa peau

  • Ensuite, on laisse macérer 5-6 semaines à l’abri de la lumière en remuant régulièrement

  • Enfin, on filtre et verse dans un flacon préalablement désinfecté

  • Le macérât huileux est prêt

bee'lity ⋆ Astuces éco-responsables pour consommer autrement et simplement.