Pourquoi adopter le zéro déchet au bureau ? Et comment convaincre ?

Pourquoi ? Tout simplement pour économiser des milliers de déchets inutiles. Une entreprise de 1.000 personnes produit 130 tonnes de déchets par an, hors production1. Mais souvent, le seul argument écologique ne suffit pas ! Au bureau, il faut se préparer à rencontrer une forme d’opposition et s’entendre répliquer certains arguments. Parmi les plus classiques : « le zéro déchet au bureau, c’est cher » ou « cela va nous faire perdre du temps ». Et pourtant, il n’en est rien.

 

L’aspect économique du zéro déchet au bureau

Moins produire de déchet, c’est souvent simplement moins consommer et repenser sa politique d’achat. Et cela conduit également à réaliser de belles économies ! Par exemple, investir dans des verres, c’est éviter l’achat régulier de gobelets plastiques. Du sucre en vrac ou au moins un paquet de sucre est bien plus économique que les sachets de sucre individuels… Un point pour le zéro déchet au bureau !

Pour convaincre, il peut être utile de faire un bilan des coûts actuels vs les coûts avec du réutilisable et de la même manière en matière d’économie d’énergie au bureau. Attention, la comparaison doit être faite à périmètre égal. Si l’on remplace du sucre conventionnel par du bio, du thé grande distribution par du thé en vrac issu de l’artisanat, etc. Ou alors il ne faudra pas oublier de valoriser cette hausse de qualité. Auprès des salariés, afin de limiter l’aversion au changement.  Auprès de la direction en tant qu’élément de satisfaction des collaborateurs.

Tout plein d’idées d’actions dans l’article Le bureau zéro déchet

 

L’impact sur l’image de marque du zéro déchet au bureau

L’image de marque peut être un critère déterminant. Tant pour des consommateurs que des clients institutionnels. En effet, les consommateurs sont de plus en plus sensibles à l’image écologique de l’entreprise mais également de plus en plus méfiants. Parfois à juste titre… Il faut pouvoir démontrer qu’il s’agit d’un engagement réel (des faits) sinon  gare aux accusations de greenwashing. Du côté des entreprises, de plus en plus demandent à leurs fournisseurs des preuves de leur respect de l’environnement. Il s’agit même d’un critère déterminant dans de nombreux appels d’offres.

En quête d’inspiration sur des actions concrètes ? Inspiration gratuite dans l’article Le bureau zéro déchet

zro dechet au bureau

L’aspect réglementaire du zéro déchet au bureau

Les entreprises ont, depuis le 1er juillet 2016 (décret n°2016-288), l’obligation générale de trier leurs déchets, sauf celles produisant moins de 1.100 L de déchets par semaine. Elles doivent trier le bois, les plastiques, les métaux, le verre et le papier/carton des autres déchets. Néanmoins, pour les déchets papiers (impressions, livres, papeterie, enveloppes, magazines, etc.), l’obligation de recyclage est bien plus large puisqu’elle concerne l’ensemble des organisations de plus de 20 salariés, administrations comme entreprises.

Côté déchets organiques, depuis le 1er janvier 2016, tout producteur de plus de 10 tonnes de biodéchets par an et de plus de 60 litres par an pour les huiles a l’obligation de les trier à la source pour assurer leur valorisation matière. L’ADEME estime par exemple que dans le secteur de la restauration collective, ce seuil est franchi lorsque 300 repas environ sont servis sur 250 jours2. D’ici 2025, le tri des biodéchets va être mis en place dans chaque ville… Autant s’y préparer.

zero dechet au bureau

L’Aspect RH du zéro déchet au bureau

L’écologie est devenue la priorité n°1 pour les Français avant le chômage et l’emploi3. L’engagement environnemental de l’entreprise peut être une réponse intelligente à la perte de sens ressentie par de nombreux salariés et ainsi contribuer à leur réengagement et à leur fidélisation. En matière de recrutement, et notamment de profils de jeunes talents, l’investissement dans une politique de zéro déchet au bureau peut également faire la différence. L’on voit en effet de plus en plus de jeunes diplômés se détourner de grandes entreprises polluantes4. A l’inverse, nombre d’entre eux s’engagent pour des entreprises responsables.

 

 

Engager les salariés dans la démarche du zéro déchet au bureau

zro dechet au bureau

Si les principaux intéressés ne sont pas engagés dans la démarche, c’est l’échec assuré… L’exemple, le plus parlant est celui du tri. Si vous mettez en place le tri des déchets, mais que certains ne prennent pas la peine de bien le faire, l’effort collectif est gâché et peut créer des tensions entre ceux qui font bien les choses et les autres. L’objectif est au contraire de souder les salariés dans la démarche du zéro déchet au bureau. Voici quelques idées pour engager les salariés :

  • Les informer via le journal interne/newsletter, un site web, des réunions, la signalétique

  • Les impliquer via des ateliers zéro déchet

  • Leur fournir les statistiques de progression : évolution des déchets/produits recyclés

  • Une récompense commune : x% économisé/recyclé = 1 apéro/ 1 resto

 

Vous souhaitez être accompagné dans cette démarche de sensibilisation du zéro déchet au bureau, contactez notre équipe de spécialistes.

1 – ADEME, Guide pratique Eco-Responsable au Bureau, décembre 2017

2 -ADEME, Guide de bonnes pratiques concernant la gestion des biodéchets en restauration, Septembre 2017

 3 – Sondage Business Insider France, octobre 2019

4 – Ces étudiants des grandes écoles qui ne veulent pas travailler dans des entreprises polluantes, France Info