Le bureau zéro déchet

13 millions de Français travaillent dans un bureau et chacun produit en moyenne 130 kg de déchets sur son lieu de travail par an1… Et pourtant, la moitié des entreprises n’ont mis en place aucune politique de tri. La marge de progression est grande… Tant mieux, on ne peut que progresser ! Voici des pistes pour évoluer vers le bureau zéro déchet.

Et si vous chercher les bons arguments pour convaincre sur ce sujet, consultez notre article Pourquoi adopter le zéro déchet au bureau et comment convaincre ?

 

Les actions pour un bureau zéro déchet

Pause-café & déjeuner

C’est un domaine où une démarche zéro déchet au bureau peut changer la donne. Pour se faire, nul besoin de crier sur ses collègues. En général ça ne marche pas une fois le dos tourné… Au contraire, il vaut mieux leur proposer des alternatives réutilisables, agréables et faciles.

bureau zéro déchet

Voici quelques exemples :

  • Remplacer les gobelets de la machine à café par des mugs

  • Équiper la cuisine en assiettes et couverts réutilisables

  • Mettre des cuillères à proximité de la machine à café et ne plus acheter de touillettes

  • Acheter des carafes et des verres réutilisables et ne plus acheter de gobelets et bouteilles d’eau en plastique, ils serviront à la fois pour les salariés et pour les visiteurs, éventuellement louer une fontaine à eau reliée au réseau d’eau

  • Ne plus acheter de dosettes de sucre mais du sucre en pot ou en vrac

  • Investir dans une machine à café à percolateur et en finir avec les dosettes : nul besoin de préciser le gain économique (prix d’un café en vrac vs dosette). Et au niveau écologique, les dosettes représentent chaque année 40 000 tonnes de déchets2… qu’il est extrêmement difficile à recycler !

  • Offrir en kit de bienvenue et/ou lors des séminaires des sacs en tissu, gourdes en verre ou en inox et des lunch box aux salariés pour éviter sacs plastiques ou papier, bouteilles plastiques et plats jetables pour chaque déjeuner

  • Le petit + : acheter sa vaisselle d’occasion dans une ressourcerie par exemple pour donner une seconde vie à des objets et éviter des livraisons de colis inutiles

  • Lorsque l’on bénéficie d’une cantine, on peut demander à bénéficier de produits biologiques et/ou locaux

Le plus important, pour éviter la levée de bouclier la communication et la progressivité des actions. « Petit à petit l’oiseau fait son nid ». Si par exemple, on fournit des sacs en tissus sans sensibiliser au sac papier et aux couverts en plastique, on continuera à voir les poubelles de l’entreprise jonchées de sacs et de couverts après la pause déjeuner… Nous sommes là pour vous aider, alors n’hésitez pas à nous contacter, si vous souhaitez un accompagnement dans votre communication.

 

Pause cigarette

Si nous sommes plutôt sensibilisés à l’aspect santé de la cigarette, on parle beaucoup moins de la pollution générée par les mégots de cigarette. Avec l’interdiction de fumer dans les lieux publics, faute de cendrier (ou d’information…), de plus en plus de mégots se retrouvent sur les trottoirs devant les cafés et les bureaux. Ceux-ci finiront, à coup sûr, leur course dans les égouts puis les rivières et les océans. Un mégot jeté au sol peut polluer jusqu’à 500 litres d’eau à lui seul et 5600 milliards de mégots sont jetés chaque année3…  Pour réduire cette pollution :

  • On peut proposer des cendriers devant les locaux de l’entreprise : ils peuvent être simplement constitués d’un pot

  • Accompagnés d’une campagne de sensibilisation interne (affiche, newsletter, etc.).

 

Impression/Papier : un pilier du bureau zéro déchet

13 millions d’hectares de forêts disparaissent chaque année4. Chaque employé de bureau consomme en moyenne 70 à 85 kg de papier par an1. Et alors que le papier peut être recyclé jusqu’à 7 fois, seuls 20% sont collectés pour être recyclés1. 25% des documents sont jetés 5 minutes après leur impression1 et 16% ne sont jamais lus.

bureau zéro déchet

Pour diminuer la consommation de papier, il va falloir limiter le nombre des impressions au minimum réellement nécessaire et imprimer en noir et blanc recto verso autant que possible. Pour se faire :

  • Réduire le nombre d’imprimante : nul besoin d’une imprimante par personne, une par service /étage suffit

  • Régler par défaut les paramètres d’impression de l’imprimante : en noir et blanc, recto verso, mode brouillon. Pour une qualité supérieure, il faudra activement sélectionner les fonctions correspondantes, ce qui incite à réfléchir sur le besoin exact

  • Ajouter à côté de l’imprimante un bac pour y déposer les feuilles de brouillon

  • Proposer à ses clients des factures électroniques et demander à ses fournisseurs de transmettre les factures électroniquement (évite papier, enveloppe, transport)

  • Se désabonner des revues/publications non lues

  • Optimiser la mise en page pour éviter les pages quasi vides, etc.

  • Pour les réunions, on évite d’imprimer tous les documents pour tous les participants que l’on peut aisément remplacer par l’utilisation d’un rétroprojecteur

  • Lorsque l’on fait appel à un imprimeur, on veille à la qualité écologique du papier et l’usage d’encre à faible impact (« encres végétales »). Préférer un imprimeur certifié ISO 14001

  • Collecter les cartouches d’encre et les toners vides pour les faire remplir (cartouches réutilisables) ou dans un bac dédié pour qu’elles soient recyclées et dépolluées. Sur les 75 millions de cartouches utilisées chaque année, seules 62% des cartouches ont été collectées1.

  • Le petit + : utiliser du papier recyclé ou issus de forêts gérées durablement (logo FSC ou PEFC) et fabriqué par des travailleurs handicapés

  • Astuce productivité zéro déchet : prendre des feuilles de brouillons, les couper en deux et les agrafer pour en faire un bloc-notes sur lequel on notera chaque jour sa to do list… cela fonctionne également pour n’importe quel bloc-notes !

 

Fournitures et meubles de bureau

180€ par collaborateur par an, serait le coût moyen des fournitures de bureau en France. Avons-nous besoin de tous ces critériums, surligneurs et agrafeuses ? Combien de stylos perdons-nous par an ? Quelques astuces simples pour embarquer ce poste de dépense dans le bureau zéro déchet :

  • Pour commencer, on installe les fournitures dans un bureau afin de limiter leurs pertes. Bien souvent, si l’on doit se servir dans le bureau de quelqu’un, l’on cherche un peu plus facilement le stylo manquant que si le stock est à disposition dans un couloir

  • On réfléchit aux besoins réels, une grosse agrafeuse à côté de l’imprimante plutôt qu’une agrafeuse par bureau par exemple

  • A la prochaine commande plutôt que de commander des critériums, on choisit des crayons à papier en bois et on privilégie des fournitures de bonne qualité, recyclé et/ou biosourcé

  • Ensuite, on choisit des cartouches d’impression rechargeables encore mieux que recyclables

  • Puis, on instaure une politique de réutilisation des boites pour les colis

  • Enfin, on choisit des meubles d’occasion et on donne les meubles dont on se sépare via des ressourceries, associations ou certains sites tels que toutdonner.com, donnons.org, geev

 

Ménage

Il n’y a pas qu’à la maison que le ménage peut être zéro déchet ! Il est également possible au bureau d’éviter le sopalin, les lingettes jetables et les produits d’entretien nocifs pour la planète et pour l’environnement.

On y gagne en matière de coûts, de déchets mais également de qualité de l’air et donc de santé des salariés.

 

Plantes

De nombreuses études ont démontré que les plantes au bureau augmentent la productivité des salariés ainsi que leur bien être. Par ailleurs, les plantes permettent de renouveler l’air dans un espace clos, tel qu’un bureau. Elles filtrent les éléments nocifs tels que l’ammoniac, le xylène ou le benzène.

bureau zéro déchet

Communication

En matière de communication également nous pouvons diminuer notre impact écologique. Voici quelques pistes :

  • Organiser des événements et séminaires zéro déchet : beaucoup de déchet dosette de café, sachet de thé, bouteille d’eau, serviettes en papier, gaspillage alimentaire, etc. sont évitables par des équivalents réutilisables. Privilégier une alimentation bio et locale mais également en quantité adaptée aux besoins. Organiser dans un lieu accessible facilement en transport en commun.

  • Eviter autant que possible les communications imprimées non durables telles que les flyers, les documentations, les journaux internes papier et les remplacer par des versions digitales en veillant à minimiser la taille des images (temps de chargement)

Vous souhaitez être accompagné, prenez contact avec nos spécialistes de la communication zéro déchet.

 

Tri

Si l’objectif est de limiter les déchets au maximum sur le lieu de travail, il restera tout de même certains déchets qu’il convient de traiter convenablement. Pas convaincus par l’intérêt écologique du tri ? D’après une étude de la Caisses des Dépôts et Consignations Climat Recherche, les 3,2 millions de tonnes d’emballages recyclés en 2013 ont permis d’éviter l’émission de 2,1 millions de tonnes de gaz à effet de serre5. Et pour cela plusieurs étapes sont importantes :

  • Tout d’abord, vérifier la politique de tri de l’agglomération

  • Puis, informer l’ensemble des salariés et mettre en place une signalétique claire

  • Ensuite, mettre à disposition des poubelles de couleurs différentes aux endroits stratégiques : poubelle plastique, cartons, organiques dans les salles de pause/cantine, bac pour la récupération des cartouches et bac papier brouillon près des imprimantes

  • Puis mettre à disposition des boites pour le tri des piles et autant que possible choisir des piles rechargeables

  • Recycler/donner les déchets électroniques : téléphones portables, ordinateurs, imprimantes

  • Enfin sensibiliser au tri la personne en charge du ménage afin que les efforts réalisés voient le jour

 

Valorisation des biodéchets

Les biodéchets représentent un tiers des poubelles en France. Et ces déchets existent également au bureau. Et au bureau également, ces biodéchets finissent à la poubelle, comme notamment les épluchures de fruits qui finiront incinérées ou enfouies. Et pourtant, on peut valoriser ces déchets : en engrais ou en énergies selon la méthode utilisée. Lorsque l’on dispose d’un espace extérieur, on peut valoriser nous-mêmes nos déchets avec un composteur. En intérieur, il existe des lombricomposteurs spécifiques. Certains organismes peuvent venir récupérer les biodéchets. Il faudra mettre en place des consignes bien spécifiques et communiquer sur le sujet (panneau, réunion d’information, etc.).

 

Association

L’entreprise peut également financer des associations à vocation écologique. Ces actions sont motivantes d’un point de vue RH, mais également pour l’image de marque auprès de ses clients.

Pour rappel, les dons à des associations donnent lieu à des allègements fiscaux. Pour en savoir plus, consultez le portail de l’Économie, des Finances, de l’Action et des Comptes publics

Certaines associations ont déployé des efforts particuliers pour impliquer les salariés des entreprises donatrices : comme celles qui proposent de financer la plantation d’un arbre pour chaque nouvelle recrue (suivi de la croissance de l’arbre), ou le parrainage d’une ruche avec miel à la clé, ou encore le microdon sur le bulletin de salaire.

 

Et comme, le bureau zéro déchet fait partie d’une dynamique globale écologique, voici des mesures également intéressantes pour réduire la consommation d’énergie au bureau.

 

Accompagner son entreprise dans une démarche de bureau zéro déchet et plus globalement de réduction de son impact environnemental peut être un projet motivant pour chacun des salariés. Si nombre de salariés sera motivé sur le papier par le zéro déchet au bureau, le quotidien et la productivité peuvent rapidement prendre le dessus. Et les beaux projets d’entreprise éco responsable tomber aux oubliettes… Vous l’aurez compris pour assurer le succès du zéro déchet au bureau nos plus belles armes : patience, répétition et communication ! Et dans ce domaine, nous serons ravis de vous aider. Contactez les spécialistes de la communication éco-responsable et zéro déchet.

 

1 – ADEME, Guide pratique Eco-Responsable au Bureau, décembre 2017

2 – Café : des dosettes bien encombrantes, France Télévision

3 – Les mégots, principale pollution des océans, L’Express

4 – Fondation GoodPlanet

5- Trier et recycler pour lutter contre le réchauffement climatique ? Le Monde, Juillet 2015

 

bee'lity ⋆ Astuces éco-responsables pour consommer autrement et simplement.